La sociologie des professions, un cadre théorique fécond pour éclairer la profession enseignante

  • Sylvie Guignon Universite Laval, Qc

Abstract

La réflexion proposée ici s’appuie sur une recherche doctorale en cours et vise à souligner la pertinence de la sociologie des professions pour mieux comprendre comment celles-ci se constituent et se maintiennent, qu’elles soient liées à l’éducation ou à tout autre domaine d’activité. Emprunter la sociologie des professions comme angle d’analyse pour éclairer le domaine de l’enseignement permet de mettre en relief différents éléments qui interviennent dans la constitution des groupes professionnels impliqués dans la situation éducative comme des questions d’identité, de territoire de pratique, de représentations sociales. Deux grandes perspectives de recherche peuvent être retenues par les chercheurs, l’une privilégiant une vision plutôt fonctionnaliste des professions, l’autre optant pour une vision plus interactionniste des groupes professionnels. Cet article propose un examen critique de ces approches, soulignant leurs contributions et leurs limites, dans la perspective de l’analyse qu’elles permettent de réaliser.

Author Biography

Sylvie Guignon, Universite Laval, Qc
Je poursuis actuellement un doctorat en psychopédagogie à l'Université Laval (FQRSC) qui a pour objet l'investigation de l'explicitation, par un groupe de coachs intervenant en entreprise, de leurs pratiques de soutien au développement de coachés. Mes travaux de recherche et publications puisent aux domaines du management, des savoirs pratiques, de l'interactionnisme symbolique ainsi qu'à la sociologie des professions. Mes champs d'intérêt professionnels portent sur les savoirs pratiques et la cognition située, la sociologie et les perspectives interactionnistes, l'identité professionnelle et les communautés de pratique; sur le plan méthodologique, je privilégie les recherches participatives et les méthodes qualitatives.
Published
2009-02-28
Section
Position Paper/Essai